Vente de compost à la Composterie C.L.E.R. VERTS. Recyclage de déchets organiques et bio-dechets, compostage, recyclage du bois, criblage et broyage, Belesta Lauragais, Toulouse, Villefranche de lauragais, 31, Haute-Garonne.
Cler verts
 
Recyclage | Compost | Bio-déchets | Bois
  Déchet | Criblage | Broyage
Tél.  05 61 81 68 22
31540 Belesta Lauragais
 
  Accueil / Présentation
  Le compostage
  La méthanisation
  Le recyclage du bois
  Déchetterie Artisan
  Les services
  Les projets
  Réglementation
  Une entreprise
éco-citoyenne
  La presse
  Les partenaires
  Devis / Calculateur
  Contact / Plan d'accès
Organic Vallée
recyclage

La Presse
Publié le : 15/02/2017
iN Toulouse

Economie Circulaire
Le Futur tourne déjà près de Toulouse


IN-Toulouse-HIVER-2016-2017.pdfArticle iN Toulouse
facebook
Publié le : 14/06/2016
la lettre M

L'unité de méthanisation de CLER VERTS sera livrée en août

DOC140616-14062016104259.pdf
facebook
Publié le : 10/06/2016
La DĂ©pĂŞche du Midi

La Région soutiendra "Organic'Vallée"

La Région soutiendra «Organic'Vallée» et son projet pionnier en France, comme l'a confirmé la 5e vice-présidente du Conseil régional, Nadia Pellefigue, lors de sa visite.

» En savoir plus...
facebook
Capture.JPG Publié le : 17/05/2016
La DĂ©pĂŞche du Midi

La méthanisation des déchets organiques bientôt chez nous?

Le mois dernier, deux vice-présidentes, Françoise Dedieu-Casties , responsable du développement économique et à l'économie sociale et solidaire, et Karine Brun, en charge de l'agenda 21, étaient à la tête de la délégation de la Communauté de Commune du Volvestre participant à la visite guidée du site de l'entreprise éco-citoyenne «Cler Verts». L'usine de compostage, installée à Bélesta en Lauragais, concentre ses activités sur le recyclage de déchets organiques les plus insolites comme les plumes, les crèmes glacées ou encore les rebus de la grande distribution.

Fabriquer électricité et chaleur

Jean-Luc Da Lozzo, codirigeant la société avec Gérard Lanta, avait personnellement tenu à accompagner le groupe, apportant son éclairage pointu sur les projets en cours, dont la construction d'une usine de méthanisation destinée à fabriquer électricité et chaleur, ainsi que la création de l'«Organic Vallée», une zone d'agroactivité de 55 hectares, permettant de développer des activités écologiques tout en valorisant sur place les déchets organiques issus de ces mêmes activités. Les visiteurs ont unanimement salué ce modèle d'économie circulaire vertueux ayant suscité curiosité et admiration. La tenue exemplaire du site, le foisonnement de projets innovants à haute valeur ajoutée pour le développement d'une économie verte, et le chaleureux accueil qui leur a été réservé, ont séduit le groupe caressant l'idée de voir s'implanter un jour dans le Volvestre une réplique à l'identique des sites visités.

» En savoir plus...
facebook
Publié le : 11/04/2016
La Tribune

Le Lauragais accueille la première zone d'activité de l'économie circulaire en France

Le-Lauragais-accueille-la-premiere-zone...ite-de-l-economie-circulaire-en-France.pdf
facebook
Publié le : 11/04/2016
Entreprises Midi-Pyrénées

Economie circulaire : BioVallée Lauragais favorise son éclosion sur le territoire régional

DOC110416-11042016102020.pdf
facebook
Publié le : 11/04/2016
Le Journal Toulousain

[Zoom Entreprise] Organic'Vallée, le labo d'économie circulaire

Organic-Vallee-le-la...mie-circulaire-Le-Journal-Toulousain.pdf
facebook
Publié le : 11/04/2016
La DĂ©pĂŞche du Midi

Une expérience de recyclage des biodéchets

la-depeche-11-01-16-11012016105709.pdf
facebook
article-recyclage-dec-2015.JPG Publié le : 11/04/2016
Recyclage Récupération

Paquet allégé sur l'économie circulaire

Recyclage-Decembre-2015-Organic-vallee.pdf
facebook
Publié le : 21/10/2015
Les Ă©chos

"Les collectivités territoriales sont particulièrement attendues sur l'écologie industrielle"

les-echos-21102015145933.pdfLire l'article ici !
facebook
Publié le : 05/10/2015
TOULECO

CLER VERTS : Un batisseur d'Economie Circulaire

Article paru dans TOULECO (Aout/sept/Oct 2015).

touleco-Aout-septembre-octobre-15.pdfLire l'article ici !
facebook
Publié le : 06/07/2015
FORUM ECO

CLER VERTS expérimente l'économie circulaire

Ci dessous l'article de FORUM ECO, qui présente nos activités et nos projets.

DOC060715-06072015172226.pdfArticle FORUM ECO
facebook
Publié le : 06/07/2015
Enjeux

Midi Pyrénées : L'économie Circulaire fait son chemin

Ci-dessous l'article d'Enjeux concernant l'économie circulaire en Midi Pyrénées.

DOC060715-06072015170359.pdfArticle Enjeux
facebook
db1f4f6c38f3de1355f767c5e7df32e0.jpg Publié le : 14/11/2014
Touleco

Cler verts vise le gisement de biogaz de l’agglomération toulousaine

« Pour chaque grande ville, il y a un gisement potentiel de biodéchets méthanisables. Il faut créer des unités adaptées à proximité. » Elodie Lanta, Ingénieur projet chez Cler Verts ne mâche pas ses mots. Il faut dire que l’entreprise spécialiste du tri et de la valorisation des déchets organiques défend de longue date une vision ambitieuse de l’économie circulaire. Pas étonnant donc qu’elle explore depuis 2009 la piste de la méthanisation des déchets de l’agglomération toulousaine. Afin de transformer le volume méthanisable en fertilisant organique naturel et en énergie. « L’usine, d’une capacité de 10.900 tonnes est en construction et devrait être opérationnelle fin 2015 », annonce l’ingénieur projet. Une initiative parmi les pionnières de ce type en France, qui a reçu les subventions de l’Ademe et du Conseil régional. Les cinq millions de budget engagés seront rentabilisés en douze ans.

« Ce n’est pas une usine à gaz »
Le montage de ce type de projets n’est pas simple quant au système de collecte et de tri des déchets, au cadre réglementaire et aux financements à trouver. « Il faut aussi informer et rassurer le voisinage sur le fait qu’il n’y a ni odeur, ni risque d’explosion. Ce sont de petites usines qui peuvent s’intégrer au paysage et au territoire », souligne Elodie Lanta. Comme la plupart des filières de Cler Verts déjà en place, les déchets proviendront des industries agroalimentaires, des établissements de restaurations, des déchets végétaux et des activités agricoles. Ils seront collectés sur un rayon d’environ cinquante kilomètres. « Cela permettra d’améliorer le bilan carbone du recyclage actuel qui se fait uniquement par compostage. »
Et l’énergie électrique annuelle produite, 5 000 Mwh, pourra alimenter 1400 foyers.
Aurélie de Varax

Sur la photo : déchets en provenance de l’industrie agroalimentaire. Photo Cler Verts.

» En savoir plus...
facebook
201409201882-full.jpg Publié le : 22/09/2014
La dépêche du midi

Les 2e Rencontres sur l'Ă©conomie-circulaire

Comment créer une activité économique en terre midi-pyrénéenne alliant création de valeur pour les territoires, respect de l'environnement et économie d'énergie ? Pour répondre à ce défi, la chambre de commerce et d'industrie de Toulouse, la communauté de communes Lauragais-Revel-Sorèzois, Biovallée Lauragais, le club d'entreprises de Revel (ARDIAC) organisent les 2e Rencontres Régionales de l'Economie Circulaire à Revel. Le jeudi 9 octobre, plus d'une trentaine d'entrepreneurs français et de spécialistes, parmi lesquels Pierre Fabre, Airbus, Ecocert, Veolia Propreté, ou encore l'association Orée, se donneront rendez-vous à la salle Claude-Nougaro pour faire découvrir leurs projets et leurs «success stories», devant 300 acteurs socio-économiques de la région. Tables rondes et ateliers thématiques rythmeront ces rencontres, en vue de favoriser les échanges de bonnes pratiques, les synergies d'affaires et d'encourager les innovations vertes en Midi-Pyrénées. Un événement soutenu par des partenaires de choix : le conseil régional, la CCI Midi-Pyrénées, l'agence de l'environnement et de la maîtrise d'énergie (ADEME), ERDF, la Banque Populaire Occitane et Véolia.
Avec Maud Fontenoy

Ces Rencontres Régionales se concluront sur l'intervention de la navigatrice Maud Fontenoy, porte-parole de la commission océanographique de l'Unesco. Invitée d'honneur, elle témoignera de son engagement en faveur de la préservation de l'environnement et de la protection des océans. Lors de la présentation du programme, à la CCI de Toulouse, Thierry Dumas soulignait que : «Ces rencontres ont vocation à devenir un vrai temps fort régional, consacré à une problématique essentielle aux collectivités car celles-ci restent des financeurs de poids en matière de politiques de développement durable. Depuis trop longtemps. Nos sociétés se sont engagées dans une économie linéaire, consistant à prélever des matières premières, à produire, à consommer, et à jeter. Chaque année en France, selon les chiffres de l'Institut de l'Economie Circulaire, plus de 22 tonnes de matières consommées par habitant sont jetées», explique-t-il. «Nous épuisons nos ressources, à tel point que certains matériaux comme le plomb, ou le zinc, auront probablement disparu dans 10 ans. Mais cela n'est pas inéluctable. Il est possible de donner une seconde vie aux produits, de les réparer, de les recycler. Ces idées, des entrepreneurs créatifs, portés par l'urgence écologique, les mettent en place à leur échelle, et génèrent un dynamisme certain, sur leur territoire d'implantation. Le potentiel économique est bien là, il s'agit maintenant de le faire connaître au plus grand nombre. Demain, entre 300 000 et 500 000 emplois pourraient être créés en France grâce à l'Economie Circulaire».
Emile Gaubert

» En savoir plus...
facebook
Publié le : 08/09/2014
diccit - Juillet 2014

Économie circulaire et hyper proximité

Retrouvez ci joint l'article sur les rencontres de l'Ă©conomie circulaire et la visite de notre site dans le cadre des Rencontres Entreprises et Territoire.

CCI-ecocircu-08092014084558.pdfArticle diccit
facebook
Publié le : 26/06/2014
La dépêche du Midi

La méthanisation en marche à Cler-Verts

Le président de la Région Midi-Pyrénées, Martin Malvy, a procédé à la pose de la première pierre de l'usine de méthanisation de la société Cler Verts, à Bélesta-en-Lauragais, codirigé par Gérard Lanta et Jean-Luc Da Lozzo. Il était accompagné du directeur régional de l'Agence de l'environnement et la maîtrise de l'énergie (ADEME Midi-Pyrénées), Michel Peyron ; du secrétaire général administratif de la préfecture ; du vice-président de la Communauté de communes en charge du développement économique, Étienne Thibault ; du président de la Bio Vallée Lauragais, Bernard Storup, sur laquelle Cler Verts est implantée.

Cette unité de méthanisation, qui sera mise en service d'ici 9 à 10 mois, traitera 10 000 tonnes de matières brutes par an. La valorisation énergétique sera réalisée par cogénération avec un moteur d'une puissance électrique de 635 kW/h. L'électricité produite sera ensuite vendue à EDF et la chaleur dégagée par les matières sera utilisée notamment pour le séchage de plaquettes bois stockées sur la plateforme.

Pour cette usine de méthanisation, Cler Verts a reçu le soutien de la Région à hauteur de 482 000€. En complément, elle a aussi bénéficié du dispositif de prêt à taux bonifié, géré par le Conseil régional, avec la Banque européenne d'investissement, pour le montant d'un emprunt de 1 250 000€. La Région s'est portée caution de ce prêt à hauteur de 25 %. Cler Verts a aussi le soutien de Midi-Pyrénées Énergies Investissements, créé en 2013 à l'initiative de la Région, qui est entré au capital de l'entreprise de Gérard Lanta et Jean-Luc Da Lozzo, à hauteur de 747 000€. Cler Verts est aussi soutenu par l'Ademe.

Lors de la pose de cette première pierre, Martin Malvy rappelait l'objectif que s'est fixé la région dans le cadre de ses politiques de développement durable et de production d'énergie renouvelable : 100 usines de méthanisation à l'horizon 2020.

«Pour le moment nous en sommes à 17», expliquait-il. «Cinq projets verront le jour d'ici 2015 et 70 sont en cours d'élaboration». Toutefois le président de la Région faisait aussi remarquer le retard pris par la France. «En 2013 nous avions 140 usines de méthanisation en France alors que l'Allemagne en comptait 2000». Pour le représentant de l'État : «l'ambition du projet de loi présenté la semaine dernière par la ministre et la simplification de l'étude des dossiers va permettre de combler ce retard».

» En savoir plus...
facebook
logo-ce.gif Publié le : 24/02/2014
Journal du CE Airbus

Des biodéchets au Compost.

article-journal-CE-airbus.pdfArticle CE AIRBUS
facebook
201310092216-full.jpg Publié le : 09/10/2013
La DĂ©pĂŞche du Midi

Escalquens. Tri des déchets organiques sur le marché

En partenariat avec la commune d’Escalquens, Cler Verts, spécialiste régional du traitement des déchets organiques a plusieurs projets qui vont se mettre en place.

Déjà la cantine de l’école élémentaire, avec le concours du service de l’Alae, a élaboré son projet et la collecte est sur les rails. Le deuxième et tout aussi important projet est celui de la collecte, tous les dimanches sur le marché de plein-vent. Michel Arderiu, adjoint responsable du commerce accompagné de ses collègues et de Jean Luc Da Lozzo, dirigeant, de la société CLER (centrale Lauragaise environnement recyclage) de Bélesta en Lauragais, a rencontré les commerçants du marché pour leur expliquer de vive voix cette nouvelle structure.

Bien entendu cette collecte ne concerne pas tous les commerçants au nombre de 65 qui exposent leur étal tous les dimanches. Des bacs appropriés vont être déposés en divers endroits du marché et les commerçants participants pourront y déposer leur surplus non consommable, ces bacs seront ensuite enlevés par la société Cler et bien entendu remplacés par d’autres et ce, dés le lundi. Pour parfaire et réussir cette opération, intéressante pour l’environnement et tous les habitants sans compter sur le confort que cela amène aux commerçants participants, dimanche 13 octobre aura lieu une nouvelle démarche par les élus et la société Cler avec comme montré ce dernier dimanche, le déchet avant et après transformation et une information complète aux commerçants et à la population.
La DĂ©pĂŞche du Midi

» En savoir plus...
facebook
DSCN0096-125x94-.jpg Publié le : 12/09/2013
La dépêche du Midi.

Revel. CLER-Verts: 10 ans de recyclage Ă  BĂ©lesta

10 ans auparavant, deux agriculteurs du Lauragais: Gérard Lanta et Jean-Luc Dalozzo, se lançaient dans un projet ambitieux de reconversion. Ils ne décidaient pas de démarrer une production à grande échelle de céréales OGM, bien au contraire. Ils misaient tout simplement sur l’économie verte et la protection de l’environnement. Dix ans après, leur entreprise, CLER Verts, installée à Bélesta-Lauragais, au sein de la Bio Vallée, est devenue une des premières entreprises de Midi-Pyrénées en pointe sur le recyclage des déchets et la fabrication de compost pour les particuliers et les agriculteurs.

PME indépendante, CLER-Verts a débuté son activité par le compostage des végétaux et le recyclage du bois. Aujourd’hui spécialiste du compostage des déchets organiques les plus insolites (plumes, crèmes glacées ou rebut de la grande distribution) et de tous types de bois (souches, arbres et arbustes, bois traités), elle a aussi développé une activité de service pour broyer et cribler tous types de matériaux. Cet ensemble d’activité représentait plus de 1,5 million € de chiffre d’affaires en 2010. Cette entreprise innovante poursuit son développement en diversifiant son offre et en investissant pour le recyclage de tous types de déchets organiques. La capacité totale de compostage du site est portée à 18 700 tonnes pour produire ainsi 6 000 tonnes de compost. L’aménagement d’une nouvelle plateforme multifilière a débuté en 2010 et est en cours d’achèvement. Elle mobilisera 9 millions € d’investissement. Aujourd’hui CLER-Verts a aussi recruté et compte près de 16 salariés.

Ce mardi, CLER-Verts fêtait ses 10 ans en inaugurant une partie des installations du compostage des déchets organiques.

«Notre site de Bélesta voit ses infrastructures de recyclage se compléter en accueillant une plateforme de recyclage des bois, une unité de séchage des résidus agroalimentaires, une unité de déconditionnement de déchets organiques, une unité de fabrication de compost dédié à l’agriculture biologique et une unité de méthanisation en cours de construction et qui sera opérationnelle d’ici le deuxième semestre de 2014 pour produire de l’énergie électricité et chaleur», explique Jean-Luc Dalozzo. «Avant, ces déchets organiques partaient à l’incinérateur ou étaient stockés. Aujourd’hui ils sont valorisés dans le cadre de l’économie circulaire et s’inscrivent dans un contexte réglementaire nouveau qui renforce les obligations de recyclage et taxe les pratiques les moins vertueuses». CLER-Verts joue à fond la carte écologique en limitant l’impact environnemental. «On récupère les déchets 50 km autour de notre site et on les distribue aux agriculteurs installés 15 km à la ronde».
Emile Gaubert

DSCN0096-125x94-.jpg
» En savoir plus...
facebook
201305141272-full.jpg Publié le : 13/06/2013
La dépêche du Midi

Auzielle. Grosse livraison aux jardins familiaux

Jean Luc Da Lozzo, dirigeant, de la société CLER (centrale Lauragaise environnement recyclage) de Bélesta en Lauragais, a commencé son activité en 2003 sur une surface d'environ 5 hectares. Aujourd'hui, la société récupère dans diverses communes du Lauragais et en particulier celles faisant partie du Sicoval tous les déchets verts.

Ce passionné de «l'école verte» explique avec beaucoup de d'engouement les diverses étapes de la transformation naturelle des déchets : fermentation par aerobi, maturation, criblage et produit fini. Le Super U situé à Villefranche de Lauragais, a été la première enseigne à recourir en juin 2012 aux services de l'équipement de déconditionnement de la société Cler verts.

Ce nouveau matériel est le premier en Midi Pyrénées à permettre aux enseignes de la distribution de recycler tous les invendus alimentaires y compris ceux emballés en les transformant en compost.

La charte écoDistri ® permet de recycler des déchets organiques qui étaient précédemment mis en centre d'enfouissement ou en incinérateurs. Cette solution permet ainsi de respecter les nouvelles exigences du grenelle de l'environnement qui impose de recycler ce type de déchets par compostage ou méthanisation. C'est donc par l'entremise de ces deux sociétés, que les jardins familiaux d'Auzielle ont bénéficié d'un don de quelque douze tonnes de compost, afin d'amender les terrains de la manière la plus naturelle.
Douze tonnes de compost

L'annonce de la livraison de cet «Or» naturel, s'est répandue comme une traînée de poudre, auprès des jardiniers et c'est sous les applaudissements des présents que le gros camion est arrivé sur le terrain. Rapidement tous se sont mis à l'ouvrage pour étaler la précieuse marchandise sur les jardins mis à leur disposition par la municipalité, voilà maintenant trois saisons. Nul doute que, grâce à cette manne, généreusement accordée par Cler vert et Super U, les légumes seront encore présents cet été sur toutes les parcelles. Des jardiniers ravis de cette aubaine et le président Jean-Claude Desangles ne manquait pas d'adjectifs pour saluer les deux entreprises et leurs dirigeants.
L.Ch.

» En savoir plus...
facebook
Publié le : 21/05/2013
Voix du midi

Deux gros projets pour CLER Verts

voix-du-midi-mai-2013.pdfConsulter l'article ici
facebook
2-Signature-Biogaz-F-LANCELOT.jpg Publié le : 01/02/2013
ToulEco Green

Le biogaz, la pépite de Midi-Pyrénées

30 janvier 2013 20h26


La filière industrielle autour de la mĂ©thanisation se structure en Midi-PyrĂ©nĂ©es. Elle prĂ©sente tous les atouts d’un marchĂ© porteur Ă©conomiquement et durable Ă©nergĂ©tiquement. Dix-sept unitĂ©s sont fonctionnelles sur le territoire, et soixante-et-onze projets sont Ă  l’étude.

JPEG - 79.6 ko


Une rĂ©gion sur le haut du podium français pour ses activitĂ©s agricoles peut se lancer dans la crĂ©ation d’une filière industrielle biogaz. Mais cette industrie ne concerne pas que l’agroalimentaire. Le biogaz peut provenir des dĂ©chets bio-organiques, des lisiers et fumiers agricoles, mais Ă©galement des boues des stations d’épuration et des ordures mĂ©nagères.

Le principe de la mĂ©thanisation repose sur un procĂ©dĂ© de dĂ©gradation de matières biodĂ©gradables. Des bactĂ©ries digèrent la matière et produisent du gaz. Une fois Ă©purĂ©, le biogaz peut ĂŞtre injectĂ© dans le rĂ©seau de distribution. On produit ainsi un gaz naturel, local et renouvelable. Il peut servir Ă  fournir de la chaleur, de l’électricitĂ©, ou ĂŞtre un gaz de rĂ©seau. On transforme Ă©galement les bio dĂ©chets en amendement organiques pour nourrir les sols. La mĂ©thanisation recèle donc un double enjeu : l’énergie et la fertilisation des sols, ainsi le recyclage des matières bio dĂ©gradables.

Midi-Pyrénées : une filière déjà existante

Différents secteurs sont donc visés par cette pépite énergétique largement plébiscitée en Allemagne, ou en Chine qui a érigé en culture le biogaz à la ferme. On y dénombre aujourd’hui 7 millions d’installations individuelles. Si la France est loin du compte, comme l’explique Christian Couturier, directeur du pôle énergies au sein du bureau d’études Solagro, qui accompagne les projets en Midi-Pyrénées, c’est une question de cycles : « Nous sommes le quatrième pays en Europe en termes de production, au même niveau que les Pays Bas ou Tchèques. Nous n’avons pas encore misé sur ces énergies-là. En France, en 1981, un quart des boues étaient traitées par méthanisation. Aujourd’hui on assiste à un nouveau développement. » Les tarifs d’achat de l’électricité issue du biogaz ont rendu la filière attractive.

En attendant, en Midi-Pyrénées, la filière a déjà un vrai visage : 71 projets sont en phase d’études, et 17 unités fonctionnent sur le territoire. La SARL Biogaz du grand Auch (32), portée par Naskeo Environnement, valorise le fumier et le lisier du secteur agricole et viticole. Elle produit 1,1 mégawatt électrique, qu’elle vend à ErDF, et produit de la vapeur pour une usine voisine. Autre fleuron de la région, l’entreprise Boyer à Moissac (82) spécialisée dans les melons. Son unité valorise 2500 tonnes de déchets également par cogénération : électricité, chauffage, eau chaude sanitaire. La société d’ingénierie Valbio conçoit quant à elle des unités de méthanisation pour les traitements d’effluents et pour les fromages. Dernier exemple : Cler Verts, à Belesta Lauragais (31), spécialisée dans le compostage, crée une usine de méthanisation de 10.900 tonnes de capacités, et accueille sur son site une plateforme de recherche de l’Insa.

Volontaire pour créer une logique de filière, et outiller les territoires, la Région a mis en place des aides et des actions pour identifier les zones prometteuses. Ses études de terrain ont permis de mesurer un potentiel de biogaz de 2200 gigawatts heure par an, et de projeter la création de 1000 emplois directs.

Virginie Mailles Viard

Sur la photo : En décembre, lors des premières Rencontres biogaz en Midi-Pyrénées, Patrick Corbin, directeur régional sud-ouest de GrDF, et Martin Malvy, président de la Région, ont signé une convention de partenariat relative au biogaz et à la précarité énergétique. Crédits : Frédéric Lancelot

» En savoir plus...
facebook
Publié le : 12/11/2012
Entreprises Midi Pyrénées - Magazine Economique

Achats responsables:
Des initiatives locales qui bousculent les cahiers des
charges !


La Clinique Pasteur :

Exemple pour la restauration collective

«L’alimentation fait partie du soin» indiquait Dominique Pon, le directeur de la
Clinique Pasteur où le développement durable est décliné très largement dans la
gestion de l’entreprise. On achète responsable pour les 300 000 repas servis par an.
La carte des menus a été retravaillée avec la volonté de s’inscrire dans la prévention
des maladies cardio-vasculaires, du cancer, avec une alimentation saine. Le service
de restauration collective animé par une quarantaine de salariés, a obtenu la labellisation
Bleu Blanc Coeur. Pour les achats de légumes bio, la clinique se fournit auprès
de l’Esat du razès à Nailloux. Les déchets de la cuisine sont valorisés par Cler Verts
et repartent en compost vers la ferme du razès : la boucle vertueuse. Les pommes
sont fournies par un producteur travaillant en agriculture raisonnée, le pain est fabriqué
en interne à partir de farine bio… «On essaie de donner du plaisir à manger à
nos patients à iso-budget en améliorant leur bien-être» résume D. Pon. La pression du
quotidien, la course à la conformité réglementaire n’ont pas empêché la direction de
se lancer dans les achats responsables.

EMP-NOVEMBRE-2012.pdfEMP Novembre 2012 Page 40
facebook
201206261274-zoom.jpg Publié le : 28/06/2012
La dépêche du Midi

La féria des entreprises a été un succès

Publié le 26/06/2012 09:31
Ajouter un commentaire
Villefranche-de-Lauragais. La féria des entreprises a été un succès


Récemment, la douzaine d'entreprises et sociétés implantées dans la zone d'activité du chemin de la Camave (1) a uni leurs efforts humains et partager leurs moyens financiers pour organiser la première féria de la Saint Jean - Camave 2012.

L'exceptionnelle originalité de cette fête résidait dans le programme riche et éclectique de l'événement avec concours de pétanque sous le zénith des 15 heures puis à partir de 19 heures départ en grand charivari sur le bitume de la Camave des plusieurs centaines de festayres sous les rythmes et l'animation entrainante de la banda des Agafous de l'Oriège.

Derrière une tireuse à bière autotractée, le bandana aux couleurs de la Camave Party était de rigueur pour rallier le site de Cler Verts et Agritra où une bodega de plein air avait été soigneusement installée par l'un des orfèvres de cette journée l'entreprenant Jean-Luc Dalozzo.

La soirée s'achevait sous le tempo de l'orchestre Alberto Ales et le DJ de la saint Jean installé à ses platines sur la plateforme Cler Verts où en fin de nuit le (re) cyclage de vie des bio-déchets prenait tout son sens.

(BSO, NĂ©rocan, Agritra, Cler Verts, Benoit Serres, le Jardin de Jade, Sud Ouest Incendie, BĂ©ton ContrĂ´le, Sopreco, L'Occitane de Formation, Safir)

L. G

» En savoir plus...
facebook
201206272008-zoom.jpg Publié le : 28/06/2012
La dépêche du Midi

Villefranche-de-Lauragais. Une déchetterie pour les artisans.


Publié le 27/06/2012 09:49

Villefranche-de-Lauragais. Une déchetterie pour les artisans

La zone d'activités de la Camave était en effervescence il y a quelques jours avec l'inauguration d'une déchetterie dédiée aux professionnels et plus particulièrement à destination des artisans.

En présence notamment du président du conseil général Pierre Izard et du maire, Marie-Claude Piquemal Doumeng, les cogérants de la société Cler Verts Gérard Lanta et Jean-Luc Da Lozzo présentaient avec force détail leur nouvelle installation : « Cette déchetterie ouverte aux professionnels est à la pointe de la technologie.
Gravats, bois brut, cartons, métal ou déchets verts

Télégérée et sécurisée grâce à son système de vidéo surveillance, elle est qualifiée pour réceptionner tous les déchets issus de l'activité des entreprises artisanales : gravats, bois brut, bois traités, cartons, déchets mixtes, déchets verts, déchets métalliques mais aussi déchets chimiques ou amiante.

Une fois le tri effectué, certains déchets peuvent être commercialisés et ainsi constituer une matière première pour une nouvelle production.

Les autres déchets sont acheminés vers des filières d'élimination agréées ».

Associé à ce plateau logistique vert était présentée en exclusivité la 1re déconditionneuse livrée en France par le spécialiste allemand du recyclage DoppStadt qui permet de traiter tous les déchets issus des emballages (bouteilles de lait, sodas, yaourts, boîtes de conserve métalliques…) de la grande distribution, des MIN et autres centrales de produits frais.

Cet équipement novateur a retenu l'attention du gérant de l'enseigne Hyper U voisine monsieur Brulières qui depuis ce début juin à recours à ses services. Il précisait même que le spécialiste EcoU suivait de près cette expérience en vue de l'étendre sur d'autres sites de la marque.

Pour aller plus loin dans sa démarche de transformation des déchets organiques et végétaux en compost, Cler Verts pousse son action jusqu'à accueillir sur son site de la Camave un centre expérimental de recherche dédié à la méthanisation par voie sèche (Drymetha).

Ce projet ambitieux est soutenu par l'Ademe et porté par des établissements d'enseignement supérieur, des laboratoires de recherche et des entreprises et associations à la pointe du secteur des énergies renouvelables.

L. G

» En savoir plus...
facebook
201206201687-zoom.jpg Publié le : 28/06/2012
La dépêche du midi

Les collégiens font de l'écologie un réflexe

Publié le 20/06/2012 03:48


Villefranche-de-Lauragais. Les collégiens font de l'écologie un réflexe:

Les élèves des classes de 5e présentent leur démarche à Pierre Izard président de la communauté de communes Cap Lauragais./Photo DDM- L.G.


Le projet d'établissement piloté par le comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté profite de la restructuration du collège et de l'arrivée de la nouvelle cantine pour apprendre à mieux manger et mieux vivre dans un environnement sain.

Concrètement, la démarche veut mettre relation les collégiens et les entreprises locales. Ains, la mise en place de la collecte des déchets organiques au sein du restaurant scolaire du collège Jules Ferry a été initiée et présentée par les élèves, l'entreprise partenaire Cler Verts et les représentants de la communauté de communes Cap Lauragais.
Le tri des plateaux repas

Cette opération est conduite au sein de l'établissement villefranchois depuis les vacances de Pâques grâce à l'investissement des élèves d'une classe de 5e qui ont su par leur implication jouer le rôle de « maître composteur » en sensibilisant leurs camarades à des gestes de tri des déchets organiques présents sur les plateaux-repas à la cantine scolaire.

Les personnels du collège ont également adhéré à la démarche en adaptant leurs gestes et méthodologie de travail dans l'enceinte de la cuisine scolaire. Le collège villefranchois est donc le premier établissement du département à mettre en place une telle initiative éco-citoyenne de tri et recyclage des déchets de restauration.

Présents lors de cette opération, la communauté de communes avec son président Pierre Izard et sa directrice générale Marion Astégiano apportaient leur soutien à cette initiative. Ils ont rappelé à cette occasion que Cap Lauragais intervient sur le canton pour faciliter la mise en relation entre les entreprises productrices de déchets et les prestataires spécialisés dans la mise en œuvre de solutions innovantes de traitement et de transformation. L. G.

» En savoir plus...
facebook
Publié le : 15/06/2012
La Gazette du Midi

CLER VERTS investit 9 M€ en Région

article-gazette1-01062012112142.pdfArticle Gazette du Midi
facebook
Publié le : 10/04/2012
Actu-Environnement

Midi-Pyrénées : McDonald's met en place le recyclage de ses déchets de cuisine

Les déchets de cuisine de 17 restaurants McDonald's dans la région de Toulouse vont être valorisés en compost. Jusqu'à présent incinérés ou mis en décharge, ces déchets vont être désormais collectés une fois par semaine, et acheminés vers les installations de la société Cler Verts. Les 155 tonnes collectées chaque année permettront de produire 50 tonnes de compost qui seront notamment utilisés dans des jardins familiaux.

La loi Grenelle 2 de juillet 2010 impose la mise en place du tri des déchets organiques, en vue de leur transformation, par voie de compostage ou de méthanisation, et leur recyclage pour les "gros producteurs" de biodéchets. L'obligation de tri entre progressivement en vigueur entre 2012 et 2016 en fonction du tonnage de déchets produits. Pour les biodéchets autres que les huiles alimentaires : 120 tonnes par an en 2012 pour atteindre par palier 10 tonnes par an en 2012. Pour les huiles alimentaires : 1.500 litres par an en 2012 pour atteindre par palier 60 litres par an en 2016.

Florence Roussel

» En savoir plus...
facebook
Publié le : 10/04/2012
Toul Eco

L’économie circulaire prend racine en Midi-Pyrénées


4 avril 2012 21h27

Lancée au titre de stratégie nationale en Chine en 2002, l’économie circulaire commence à peine à pénétrer le territoire français. Elle demande à réintroduire tous les déchets dans le cycle de la consommation. Faire du déchet une ressource, la PME du Lauragais Cler Verts en a fait son métier, et l’historien Jean-Claude Levy un livre.

L’économie circulaire apparaît comme une réponse simple et adaptée à une production croissante de déchets. La société Cler Verts installée dans le Lauragais fait figure de pionnière sur l’hexagone. Jean-Luc Da Lozzo, directeur de la société de compostage Cler Verts dans le Lauragais, a réussi l’exploit de l’insuffler au numéro un du fast-food, Mac Donald’s. « Un nouveau service baptisé « écoResto » permettra de traiter 155 tonnes de déchets, qui jusqu’à maintenant étaient incinérés ou mis en décharge, et d’obtenir 50 tonnes de fertilisants de proximité (déchets du monde urbain transformés en ressources du monde rural). »

Que l’enseigne synonyme de vite consommĂ©, de jetable, et d’emploi intĂ©rimaire, ouvre la voie de l’économie circulaire en matière de tri des dĂ©chets dans la grande distribution, devrait faire rĂ©flĂ©chir les collectivitĂ©s qui peinent Ă  prendre le pli. 
Cette première mondiale de collecte des dĂ©chets organiques a le mĂ©rite d’éclairer une Ă©conomie qui elle s’appuie sur la durĂ©e, comme l’explique Jean-Luc Da Lozzo. " Le concept de l’économie circulaire vise Ă  faire du dĂ©chet une ressource. Mais le recyclage n’est qu’un des aspects de l’économie circulaire, elle peut s’appliquer Ă  un produit que l’on loue au lieu de le vendre."
 


Mettre en place une économie circulaire, c’est penser la ressource sur du long terme, la récupérer, la transformer, puis la remettre dans le circuit de la consommation. Mac Donald’s n’est pas le premier fait d’armes de Cler Verts, il y a la minoterie le Grand Moulin de Paris, installée à Revel, qui est venue au mois de mars présenter une courbe exemplaire. « Depuis qu’ils font de leurs résidus de farine du compost, ils ont réalisé de véritables économies. Bien souvent on oppose économie à écologie, on voit là que c’est tout le contraire ! » Avec l’appui de la plate-forme de compostage Cler Verts, la Clinique Pasteur a elle mis en place un tri des déchets organiques issus de son service de restauration. Soit 4 tonnes de compost, qui sont ensuite utilisés par la structure d’insertion l’Esat de Nailloux, dans le cadre de leur service de restauration de la Clinique Pasteur. « Ils ont devancé la réglementation qui impose à la grande distribution, et dès 2012 le tri, compostage ou méthanisation. »
« L’économie circulaire : l’urgence écologique »


Ce qui semble être une nouveauté est pourtant inscrit de longue date dans nos civilisations. C’est ce que l’historien Jean-Claude Levy, auteur de « L’économie circulaire : l’urgence écologique », est venu présenter au mois de mars à la manifestation organisée par Cler Verts et Bio Vallée Lauragais. « Avant rien ne se jetait. A Pekin on recyclait jusqu’aux os de poulet ! Traditionnellement l’économie a toujours été circulaire. La révolution industrielle présente de nouveaux enjeux : elle produit des objets finis, où tout n’est pas réutilisable. L’exemple le plus connu de son application en Europe est Kalundborg au Danemark. Dans la zone industrielle de cette ville portuaire, chaque entreprise se sert des déchets de ses voisins pour produire à son tour. Mais nous trouvons aujourd’hui en Chine, qui a érigé une loi unique au monde sur l’économie circulaire, plus qu’une piste, mais une expérimentation qui marche. Voilà déjà 10 ans que les chinois expérimentent l’économie circulaire à grande échelle, et qu’ils tendent vers le zéro déchets. »

Pour les collectivités locales l’enjeu est de taille, puisqu’il exige une planification du cycle de la consommation. « A ce jour seul Jean-Luc Mélanchon a parlé de planification écologique dans son programme, et c’est cela l’économie circulaire. »


Virginie Mailles Viard






» En savoir plus...
facebook
Publié le : 10/04/2012
20 minutes

McDo se paie une tranche de vert

Les restes de frites et d'hamburgers ne finiront plus à l'incinérateur du Mirail. Après avoir été la cible des altermondialistes, l'enseigne McDonald's veut être la référence en matière d'écologie. Ou presque. C'est en tout cas lors de la Semaine du développement durable, que ses responsables locaux ont décidé de présenter leur nouveau dispositif. Désormais, les 155 tonnes de matière organique produites chaque année par 17 fast-foods toulousains seront transformées en compost au lieu de partir en fumée. Au total, ils permettront de produire 50 tonnes de terreau, dont 7 à 8 seront distribuées aux jardins familiaux de Tournefeuille.

Cadre réglementaire
Après le recyclage des huiles de friture, les Ă©tablissements franchisĂ©s du Toulousain Michel RĂ©glat sont les premiers Ă  montrer la voie en France. Et pour ce dernier, pas question de se voiler la face. « C'est une question d'image, mais ça ne m'amènera pas plus de clients, ni moins. Nous, au moins, l'Ă©cologie on en fait », tranche le patron pour rĂ©pondre aux soupçons de greenwashing, en rĂ©fĂ©rence Ă  ces entreprises qui se donnent une apparence vertueuse en matière d'environnement. Mais Ă  l'image, la sociĂ©tĂ© Clerc Verts, qui s'occupe du compostage, oppose la rĂ©glementation. « De toute façon en 2013, tout le monde doit s'y mettre. Sur l'ensemble des restaurants de l'agglomĂ©ration, cela reprĂ©sente un potentiel de 5 000 tonnes Ă  dĂ©tourner de l'incinĂ©rateur », plaide son responsable Jean-Luc da Lozzo.

» En savoir plus...
facebook
Publié le : 10/04/2012
Décideurs en région

17 Mac Donald’s de Toulouse entament le recyclage de leurs déchets organiques, une première en France

Cler Verts, le spécialiste de la transformation des déchets organiques, basé à Belesta-en-Lauragais (31) compte un nouveau client : Mac Donald’s. Cela représente 17 restaurants à Toulouse pour 155 tonnes de déchets organiques chaque année. Un investissement de 1000€ par an pour l’enseigne qui soigne une image « éco-responsable ». Un contrat de 17 000 euros par an pour Cler Verts.
Cler Verts est une entreprise de 10 salariés créée en 2003 par Gérard Lanta et Jean-Luc Da Lozzo qui transforme les déchets organiques en compost. Son développement est porté par la prise de conscience collective des enjeux du recyclage et par des dispositifs règlementaires incitatifs, notamment pour les entreprises. Mais pour Michel Réglat, gérant de 17 restaurant MacDonald’s à Toulouse, s’il a fait appel à Cler Verts, c’est aussi et avant tout une question d’image. « Avec 50 tonnes de déchets par an sur chaque restaurant, il était important de faire quelque chose, mais c’est aussi une démarche appréciée de nos salariés et de nos clients. Commercialement, ça ne changera pas grand chose » a-t-il déclaré ce lundi en conférence de presse.

Recyclage

Concrètement, les déchets sont désormais récoltés une fois par semaine dans des sacs en amidon végétal et acheminés vers les installations de la société Cler Verts. Ils permettent d’obtenir après traitement 50 tonnes de fertilisants transférés ensuite aux jardins familiaux de Tournefeuille. Ces 155 tonnes de détritus étaient jusqu’à maintenant mis en décharge ou incinérés. A noter que le montant du CA tiré de la revente du compost issu des dechets de McDonald's représente 3500 euros par an pour Cler Verts. Pour Mac Donald’s, avec un coût de 1000 euros par an, cela ne coûte pas plus cher que le ramassage traditionnel et rentre pleinement dans son plan écoProgress, une stratégie visant à la progression environnementale de l’ensemble des restaurants.

Ambition
Cler Verts de son côté, ne compte pas s’arrêter là. « Notre objectif, explique Jean-Luc Da Lozzo, est de pouvoir traiter d’ici 3- 4 ans, les 5000 tonnes de déchets organiques produits chaque année dans Toulouse et sa périphérie dans la restauration collective ». Pour le moment seuls Mac Donald’s et la clinique Pasteur font appel à ses services (1000 repas par jour pour une tonne de déchets par an à la clinique Pasteur). Le chiffre d’affaires de l’entreprise s’élevait à 1,8 M€ en 2011, « nous espérons 12 M€ pour 2012 » précise le co-créateur qui souhaite collecter cette année 100 points de restauration collective.

Sophie Arutunian
© photo Hélène Ressayres

En savoir plus :
- Cler Verts utilise pour le compost la méthode d’aération forcée pilotée, en plein air, et utilise le jus du compost pour ré-arroser et maintenir l’humidité.
La société s’inscrit dans l’économie circulaire, qui vise à utiliser un déchet comme ressource pour produire un autre produit.

- Mac Donald’s Toulouse représente 101 M€ de CA en 2011, 18 millions de clients servis chaque année et 1 400 employés ( dont 60% d’étudiants).
L’enseigne ouvre deux restaurants cette année : à Muret et Toulouse Esquirol. A Esquirol l’investissement représente 2M€.

» En savoir plus...
facebook
Publié le : 10/04/2012
Blog Durableo

Ecoprogress : Mc Do va recycler ses déchets organiques

Ecoprogress : Mc Do va recycler ses déchets organiques

Mac Donald's France a fait sa transformation. Sous l'impulsion de son Directeur France, la chaine a su adapter son concept à la France, diversifier son offre, adoucir son image de mal bouffe et mondialement hégémonique. Au menu, salades, desserts fruités, nouvelles couleurs, bois, verdure, et plan EcoProgress. Si les consommateurs sont les premiers a jeter n'importe ou leurs emballages, Mc Do Midi-Pyrénée entend commencer à faire le tri. Un début. Oui, mais comment ?

Mc Do et Cler Vert

Selon ObjectifNews, Cler Verts, le spécialiste de la transformation des déchets organiques, basé à Belesta-en-Lauragais (31) compte un nouveau client : Mac Donald’s. Cela représente 17 restaurants à Toulouse pour 155 tonnes de déchets organiques chaque année. Un investissement de 1000€ par an pour l’enseigne qui soigne une image « éco-responsable ». Un contrat de 17 000 euros par an pour Cler Verts.

CLER VERT : recyclage et valorisation des déchets organiques


Cler Verts est une entreprise de 10 salariés créée en 2003 par Gérard Lanta et Jean-Luc Da Lozzo qui transforme les déchets organiques en compost. Son développement est porté par la prise de conscience collective des enjeux du recyclage et par des dispositifs règlementaires incitatifs, notamment pour les entreprises.

Mais pour Michel Régat, gérant de 17 restaurant MacDonald’s à Toulouse, s’il a fait appel à Cler Verts, c’est aussi et avant tout une question d’image. « Avec 50 tonnes de déchets par an sur chaque restaurant, il était important de faire quelque chose, mais c’est aussi une démarche appréciée de nos salariés et de nos clients. Commercialement, ça ne changera pas grand chose » a-t-il déclaré ce lundi en conférence de presse.



Recyclage

Concrètement, les déchets sont désormais récoltés une fois par semaine dans des sacs en amidon végétal et acheminés vers les installations de la société Cler Verts. Ils permettent d’obtenir après traitement 50 tonnes de fertilisants transférés ensuite aux jardins familiaux de Tournefeuille. Ces 155 tonnes de détritus étaient jusqu’à maintenant mis en décharge ou incinérés. A noter que le montant du CA tiré de la revente du compost issu des dechets de McDonald's représente 3500 euros par an pour Cler Verts.

Pour Mac Donald’s, avec un coût de 1000 euros par an, cela ne coûte pas plus cher que le ramassage traditionnel et rentre pleinement dans son plan écoProgress, une stratégie visant à la progression environnementale de l’ensemble des restaurants.





Source : http://www.objectifnews.com et http://cler-verts.fr/

» En savoir plus...
facebook
La-depeche.jpg Publié le : 10/04/2012
MAT Environnement

Cler Verts valorise les déchets organiques des 17 McDo de Toulouse

Cler Verts, un spécialiste du recyclage et de la valorisation des déchets verts en région toulousaine vient de signer un partenariat pour gérer les déchets organiques des 17 restaurants McDonald’s de l’agglomération toulousaine. C'est pour McDo, la 1ère collecte de déchets organiques lancée en France.

Les déchets de ces restaurants (25 kg/j en cuisine, soit 155 t/an) sont collectés une fois par semaine, et acheminés vers les installations de traitement Cler Verts, qui les transforme en compost. Ces 155 tonnes de déchets, qui jusqu’à présent étaient incinérés ou mis en décharge, sont maintenant valorisés, et permettent d’obtenir 50 tonnes de fertilisants de proximité, utilisés par les Jardins familiaux de Tournefeuille.
Il s’agit de la première collecte de déchets organiques lancée en France, en partenariat avec la société Cler Verts, créée en 2003 à Bélesta-en-Lauragais (31) par Gérard Lanta et Jean-Luc Da Lozzo pour la transformation des déchets organiques et des végétaux en compost. Cler Verts propose des solutions innovantes, alliant excellence environnementale et compétitivité économique. Dès à présent, ses services sont d’un coût inférieur de 20 % à celui pratiqué pour la transformation des ordures ménagères. La collecte des déchets organiques dans la restauration collective représente un enjeu environnemental de poids, puisqu’ils sont évalués à 5000 tonnes / an dans un périmètre de 30 km autour de Toulouse. McDonald’s Toulouse, modèle à suivre, a ainsi devancé les obligations issues de ces dispositions. C’est aussi un exemple d’application en Midi-Pyrénées de l’économie circulaire, modèle de développement durable.

» En savoir plus...
facebook
La-depeche.jpg Publié le : 10/04/2012
La dépêche du midi

McDo joue le géant vert du fast-food

Le restaurant McDonald's de la place du Capitole est le premier au monde à organiser la collecte des déchets organiques. Une innovation presentée hier lors de la semaine du développement durable.

Il y a d'abord eu le logo discrètement passé du rouge au vert. Voici maintenant l'apologie du développement durable version Big Mac. Hier matin, Michel Réglat, patron des 17 restaurants McDonald's de Toulouse, a présenté la nouvelle initiative verte qui doit permettre de tordre le cou au symbole de la « malbouffe » empègué aux arches de la marque depuis un certain démontage organisé le 12 août 1999 à Millau. Fer de lance de cette reconquista, le McDo de la place du Cap'est depuis le début de l'année le premier McDo du monde engagé dans une démarche de tri sélectif des déchets organiques. Cette révolution verte a la forme d'un container de 150 kg dans lequel sont stockés à l'écart des cuisines, les épluchures, les résidus de salade et les vieux morceaux de pain. Soit 150 kg de fermentescibles collectés chaque semaine par le camion de la société Cler Verts qui se charge de les transformer en compost dans ses installations de Belesta-en-Lauragais. « Nous sommes dans le greenwashing (blanchiment vert), mais tant mieux » : Michel Réglat ne cherche pas à convaincre « ceux qui continueront à considérer McDo comme de la malbouffe », mais en bon commerçant, il est convaincu que « tout ce qui favorise l'image de la marque est bon. » Malin, le patron des McDo toulousains a choisi de communiquer le premier et pendant qu'il en est encore temps sur un recyclage qui s'imposera en 2016 à tous les restaurants, et qui n'est pour l'instant opposable qu'aux seuls établissements qui génèrent plus de 120 tonnes de déchets par an. Ce qui ne concerne pas les 17 McDo toulousains pris séparément. Exit donc les procès en destruction de la forêt amazonienne pour cause de culture intensive de soja destiné à nourrir les poulets et leurs nuggets, et l'obésité les enfants nourris au hamburger : désormais, McDo lave plus vert pour le grand bonheur de Cler Verts qui après le marché des McDo toulousains affiche son ambition : collecter une centaine de points de restauration collective et proposer l'offre éco resto dans la France entière. L'enjeu est de taille : rien que pour la restauration collective, 5 000 tonnes de déchets organiques produits dans la couronne toulousaine pourraient être compostés et méthanisés à Bélesta-en-Lauragais, pour être ensuite épandus dans les champs. Avec ou sans ketchup ?
Le chiffre : 155

tonnes > de déchets. seront collectés en une année dans le Mc Do du Capitole. Une fois compostés ces déchets donneront 50 tonnes de fertilisant.
Deux Mc Do de plus

Un nouveau restaurant Mc Donald ouvrira ses portes fin juin à Muret. Un autre sera créé en décembre place Esquirol. Il sera implanté « dans un immeuble fermé depuis une trentaine d'années », a annoncé hier Michel Réglat, le patron des 17 Mc Do toulousains.

» En savoir plus...
facebook
Publié le : 10/04/2012
Toulouseblog.fr

McDonald's Toulouse : Zéro déchet organique

McDonald's Toulouse a présenté lundi sa gestion des déchets organiques des 17 restaurants de l'agglomération toulousaine.


Dans le cadre de la semaine du développement durable, Michel Réglat, Gérant McDonald’s à Toulouse, a présenté le 2 avril, en partenariat avec Jean-Luc Da Lozzo de la société CLER VERTS, la gestion des déchets organiques des 17 restaurants McDonald’s de l’agglomération toulousaine. Il s’agit pour l’enseigne de la 1ère collecte de déchets organiques lancée en France.

Les déchets de ces restaurants (25 kilos / jour en cuisine, soit 155 tonnes / an) sont collectés une fois par semaine, et acheminés vers les installations de la société CLER VERTS, qui les transforme en compost. Ces 155 tonnes de déchets, qui jusqu’à présent étaient incinérés ou mis en décharge, sont maintenant valorisés, et permettent d’obtenir 50 tonnes de fertilisants de proximité,utilisés par les Jardins familiaux de Tournefeuille. Les déchets du monde urbain sont ainsi transformés en ressources du monde rural.

La collecte des déchets organiques dans la restauration collective représente un enjeu environnemental de poids, puisqu’ils sont évalués à 5000 tonnes / an dans un périmètre de 30 km autour de Toulouse.

» En savoir plus...
facebook
objectif-news.JPG Publié le : 10/04/2012
Objectif News

17 Mac Donald’s de Toulouse entament le recyclage de leurs déchets organiques, une première en France

Cler Verts, le spécialiste de la transformation des déchets organiques, basé à Belesta-en-Lauragais (31) compte un nouveau client : Mac Donald’s. Cela représente 17 restaurants à Toulouse pour 155 tonnes de déchets organiques chaque année. Un investissement de 1000€ par an pour l’enseigne qui soigne une image « éco-responsable ». Un contrat de 17 000 euros par an pour Cler Verts.

Cler Verts est une entreprise de 10 salariés créée en 2003 par Gérard Lanta et Jean-Luc Da Lozzo qui transforme les déchets organiques en compost. Son développement est porté par la prise de conscience collective des enjeux du recyclage et par des dispositifs règlementaires incitatifs, notamment pour les entreprises. Mais pour Michel Réglat, gérant de 17 restaurant MacDonald’s à Toulouse, s’il a fait appel à Cler Verts, c’est aussi et avant tout une question d’image. « Avec 50 tonnes de déchets par an sur chaque restaurant, il était important de faire quelque chose, mais c’est aussi une démarche appréciée de nos salariés et de nos clients. Commercialement, ça ne changera pas grand chose » a-t-il déclaré ce lundi en conférence de presse.

Recyclage

Concrètement, les déchets sont désormais récoltés une fois par semaine dans des sacs en amidon végétal et acheminés vers les installations de la société Cler Verts. Ils permettent d’obtenir après traitement 50 tonnes de fertilisants transférés ensuite aux jardins familiaux de Tournefeuille. Ces 155 tonnes de détritus étaient jusqu’à maintenant mis en décharge ou incinérés. A noter que le montant du CA tiré de la revente du compost issu des dechets de McDonald's représente 3500 euros par an pour Cler Verts. Pour Mac Donald’s, avec un coût de 1000 euros par an, cela ne coûte pas plus cher que le ramassage traditionnel et rentre pleinement dans son plan écoProgress, une stratégie visant à la progression environnementale de l’ensemble des restaurants.

Ambition

Cler Verts de son côté, ne compte pas s’arrêter là. « Notre objectif, explique Jean-Luc Da Lozzo, est de pouvoir traiter d’ici 3- 4 ans, les 5000 tonnes de déchets organiques produits chaque année dans Toulouse et sa périphérie dans la restauration collective ». Pour le moment seuls Mac Donald’s et la clinique Pasteur font appel à ses services (1000 repas par jour pour une tonne de déchets par an à la clinique Pasteur). Le chiffre d’affaires de l’entreprise s’élevait à 1,8 M€ en 2011, « nous espérons 12 M€ pour 2012 » précise le co-créateur qui souhaite collecter cette année 100 points de restauration collective.

Sophie Arutunian
© photo Hélène Ressayres

En savoir plus :
- Cler Verts utilise pour le compost la méthode d’aération forcée pilotée, en plein air, et utilise le jus du compost pour ré-arroser et maintenir l’humidité.
La société s’inscrit dans l’économie circulaire, qui vise à utiliser un déchet comme ressource pour produire un autre produit.

- Mac Donald’s Toulouse représente 101 M€ de CA en 2011, 18 millions de clients servis chaque année et 1 400 employés ( dont 60% d’étudiants).
L’enseigne ouvre deux restaurants cette année : à Muret et Toulouse Esquirol. A Esquirol l’investissement représente 2M€.

» En savoir plus...
facebook
Direct-toulouse.JPG Publié le : 10/04/2012
DIRECT MATIN

MCDONALD’S SE MET AU COMPOST

ENVIRONNEMENT
C’est une première en France
pour McDonald’s, l’enseigne de la
place du Capitole se met au recyclage.
Un véhicule collecte une fois par
semaine un container spécial
accueillant les 25 kilos quotidiens de
déchets organiques produits par le
restaurant.
Ces 150 kg d’épluchures, pains rassis
et autres joyeusetés sont ensuite
acheminées vers les installations de
la société Cler Verts ou ils sont
transformés en compost. Le géant
américain promet de poursuivre son
virage vert et ses efforts en faveur du
recyclage. Ses restaurants devraient
notamment généraliser le tri sélectif à
destination de leurs clients.
Autre avantage de cette mesure
louable, l'avance donnée à la chaîne sur
les mesures proposées par le Grenelle
de l'environnement, qui prévoit l’extension
du tri des déchets organiques à
tout les restaurants d'ici à 2016. •

Direct-Matin-Edition-Toulouse-635-edition-04-04-2012.pdfArticle Direct Matin
» En savoir plus...
facebook
ddm-jecocir.jpg Publié le : 21/03/2012
La dépêche du midi

Revel. L'Ă©conomie circulaire un enjeu pour l'avenir

Ce n'est pas par hasard si l'association « Bio Vallée Lauragais », fondée sur une idée d'Alain Chatillon et présidée par Bernard Storup, ainsi que l'association des entrepreneurs revélois (ARDIAC), présidée par Thierry Dumas, avait choisi le petit village de Bélesta-Lauragais pour organiser leur première conférence sur un thème précis, en présence de nombreux acteurs économiques soucieux de la préservation de l'environnement. Car c'est sur cette commune qu'est installée, depuis 2003, la société CLER VERTS, créée par Gérard Lanta et Jean-Luc Da Lozzo ; un des maillons essentiel de la chaîne de l'économie circulaire, thème choisi pour cette première journée de réflexions qui remporta un succès certain.
« L'Economie Circulaire » : qu'es aco ?

« L'économie circulaire utilise un déchet comme ressource pour produire un autre produit. Il s'agit d'un modèle économique qui a pour objectif un développement durable, exigeant une gestion économe des ressources et l'invention de solutions technologiques nouvelles », expliquait l'historien-journaliste et chargé de mission développement durable au ministère des Affaires Étrangères et Européennes, Jean-Claude Lévy, invité principal de la matinée pour s'exprimer sur ce sujet. En clair, pour bien comprendre ce concept économique qui a germé dans l'esprit d'un architecte Suisse, Walter Stahel dans les années soixante-dix et a été testé à grande échelle en Chine, il suffit par exemple de suivre un produit depuis sa source, sa transformation, sa commercialisation. Ce qui termine en déchet est trié, recyclé, valorisé en un autre produit. « On part d'un produit pour en recréer un autre », expliquait Jean-Claude Lévy. Clôturant la matinée, le fondateur de la Bio Vallée lauragais, le sénateur maire Aalin Chatillon, également rapporteur sur le dossier de réindustrialisation de la France au Sénat, ne manquait pas de souligner que : « nous avons un boulevard devant nous avec l'économie verte. Sur 10 ans ce sont de 300 000 à 500 000 emplois qui peuvent être créés pour peu que l'ensemble des pouvoirs publics prenne conscience de ces enjeux ».

La « Bio Vallée Lauragais » et les entrepreneurs du Revélois organisaient leur première conférence sous la forme d'une journée de réflexion autour de l'économie circulaire.

Photo DDM, E.G.

» En savoir plus...
facebook
depeche-esat.jpg Publié le : 21/03/2012
La dépêche du midi

Trois partenaires engagés pour une économie vertueuse

C'est un authentique modèle d'économie circulaire qui a vu le jour lundi, à l'Esat du Razès (Etablissement et service d'aide par le travail). Depuis 2009, cet établissement fournit des fruits et légumes bio et des volailles au service de restauration de la clinique Pasteur. Cette même clinique, devançant ses obligations en matière de tri et de valorisation des biodéchets, fait appel, depuis plus d'un an, aux services de la société Cler Verts, basée à Bélesta en Lauragais, près de Revel. La suite est née d'une rencontre, en juin 2011, au cours d'une journée consacrée au développement durable en santé, à laquelle la clinique convie tous les partenaires de l'établissement.
Compost certifié

La proposition de Cler Verts de livrer gratuitement à l'Esat du Razès l'équivalent en tonnes du compost produit à partir des déchets récoltés rajoute ainsi un maillon à une chaîne exemplaire, la transformant dès lors en « cercle vertueux ». Les déchets organiques de la restauration sont compostés puis utilisés en agriculture biologique par le producteur des légumes qui reviendront dans l'assiette des patients et du personnel de la clinique Pasteur.

Très concrètement, lundi, dix tonnes de compost, certifié Ecocert, ont été déversées à proximité des quatre hectares de maraîchage qui dès les beaux jours, permettront des livraisons régulières de légumes et fruits de saison à la clinique Pasteur.

«Tout le monde est gagnant, assure l'un des responsables. Les trois volets de tout projet de développement durable sont présents : social, économique et environnemental ». Effectivement, l'Esat qui permet l'accompagnement professionnel de personnes en situation de handicap, fournit des produits de bonne qualité dans le cadre d'un projet diététique. « Cela donne du sens au travail qu'ils font», affirme Christiane Bucès, chef d'exploitation à l'Esat. La souplesse des responsables de la restauration de Pasteur qui s'adaptent aux aléas de la production, le geste généreux de Cler Verts et le savoir-faire de l'Esat montrent la voie d'un partenariat solidaire pour lequel la rencontre d'hommes et de femmes responsables a été déterminante.

Jacqueline Ferrasse

Photo DDM

» En savoir plus...
facebook
article-0603-TOU02-LIVRAISONCOMPOST-FS-01.jpg Publié le : 21/03/2012
20 minutes

Retour Ă  la terres pour les restes de nos assiettes.

Epluchures de carottes, de courgettes ou encore restes de risotto et de compotes de pommes. Jusqu'Ă  prĂ©sent, ces dĂ©chets produits par les 300 000 repas servis chaque annĂ©e Ă  la Clinique Pasteur atterrissaient dans les fours de l'incinĂ©rateur du Mirail. Mais Ă  l'heure du dĂ©veloppement durable, ses responsables ont dĂ©cidĂ© de leur donner une deuxième vie en les rĂ©duisant en compost. Et depuis hier, ces fermentescibles retournent dans les quatre hectares de champs du producteur de lĂ©gumes Bio qui fournit… la clinique Pasteur.

Boucle vertueuse
« Nous avons rĂ©ussi Ă  faire une boucle vertueuse », explique Olivier Collet, responsable technique Ă  la clinique. L'Établissement et service d'aide par le travail (Esat) du Razès, Ă  Nailloux, a en effet pris livraison de 7,5 tonnes d'engrais Ă  rĂ©partir dans ses rangĂ©es de salades et poireaux qui finiront un jour dans les assiettes des malades et du personnel. « Cela nous permet de rĂ©duire nos dĂ©chets et ça ne nous coĂ»te pas plus cher car aujourd'hui nous payons dĂ©jĂ  un prestataire pour gĂ©rer nos ordures mĂ©nagères », poursuit Olivier Collet. Une première qui pourrait faire rapidement des petits. « Nous collectons des magasins Carrefour et nous allons bientĂ´t composter les ordures de plusieurs restaurants Mc Donald », relève Jean-Luc Da Lozzo de la sociĂ©tĂ© Cler Verts, qui produit le compost. Cantines scolaires ou restauration d'entreprises, il estime le gisement de dĂ©chets organiques Ă  2 000 tonnes sur l'agglomĂ©ration toulousaine.
—
BĂ©atrice colin

Photo: — F. Scheiber/20 minutes

» En savoir plus...
facebook
201111222121-zoom.jpg Publié le : 30/01/2012
La dépêche du Midi

Centre-ville. Une semaine pour Ă©viter le gaspillage

Les gestes simples permettent d'éviter le gaspillage des aliments. Aussi, plusieurs actions de sensibilisation sont organisées à Toulouse dans le cadre de la troisième semaine européenne de la réduction des déchets (du 19 au 27 novembre). L'objectif est avant tout d'expliquer l'importance du tri et les moyens existants pour éviter le gaspillage. Plusieurs ateliers auront lieu cette semaine autour de la question, notamment sur la problématique du compost.

VALORISER LES INITIATIVES INDIVIDUELLES
À Toulouse, un programme municipal de recyclage des déchets verts a été mis en place, qui redistribue ensuite le compost aux habitants. Mais pour les denrées alimentaires, les solutions n'existent qu'au niveau individuel. « Nous avons mis en place un système de composteurs individuels à des prix de 15 à 25 € accompagnés d'un guide explicatif qui permettent à tous les habitants du Grand Toulouse de faire leur propre compost » explique le Capitole. Depuis leur mise en place au mois de mai dernier, déjà 1 000 personnes se sont équipées des composteurs. Trop peu diront certains : « Le gaspillage des denrées alimentaires n'est pas sans conséquences, la richesse des sols cultivables en pâtit. Les sols s'appauvrissent » explique un agriculteur toulousain. Pourtant certaines initiatives existent. C'est notamment le cas de la clinique Pasteur ou des magasins Carrefour qui ont paraphé des contrats avec des plateformes de compostage pour le retraitement de leurs denrées alimentaires. Elles servent ensuite aux agriculteurs.

Toutes les infos sur la semaine européenne de la réduction des déchets sur www.réduisonsnosdechets.fr

Le compost comme alternative
Depuis maintenant deux ans, la clinique Pasteur a mis en place un système de compost pour contenir le gaspillage de ses denrées alimentaires. Chaque mois deux tonnes de matières organiques sont ainsi réutilisées pour fertiliser les terres arables. Aussi, 80 % des aliments de la clinique toulousaine proviennent d'un ESAT de Nailloux (Établissement et service d'aide par le travail) avec lequel elle a conclu un partenariat. Le compost est ramassé par une plateforme de compost et sert notamment aux terres agricoles de l'ESAT de Nailloux.

Photo DDM. Thierry Bordas

» En savoir plus...
facebook
Publié le : 16/06/2011
USINE NOUVELLE

CLER-Verts recyclera mieux Ă  BĂ©lesta-Lauragais
Le 30 mai 2011 par Marina Angel (Midi-Pyrénées)


Positionnée initialement sur le compostage de végétaux et le recyclage du bois, CLER-Verts (1,5 million d’euros de chiffre d’affaires en 2010) se lance dans la création d’une plateforme multi-filières de recyclage de déchets organiques sur son site de Bélesta-Lauragais, en Haute-Garonne.

Au programme : une nouvelle unité de recyclage du bois, une unité de séchage des résidus agroalimentaires, une unité de déconditionnement de déchets organiques, une unité de méthanisation et une unité de production de compost dédiée à l’agriculture biologique, pour y retraiter plumes, crèmes glacées, rebus de la grande distribution… comme souches, bois de platanes ou bois traités…

Au total, 9 millions d’euros devraient être investis d’ici fin 2013, dont 4,5 millions d’euros pour une unité de méthanisation, sur ce site de 8 hectares. A la clé, la création d’une dizaine d’emplois supplémentaires, qui s’ajouteront à l’effectif de la société, actuellement de 7 salariés.

Les travaux préparatoires ont été engagés dès la fin de l’année dernière. Le chantier d’un premier bâtiment de 2 400 mètres carrés, dédié au recyclage du bois vient de démarrer. Il sera doté de panneaux photovoltaïques en toiture, pour une puissance installée de 230 KWc. Cette première tranche de travaux bénéficie d’une double subvention européenne (via les fonds Feder), l’une de 560 000 euros pour le concept de l’unité de recyclage et la seconde de 230 000 euros pour la centrale photovoltaïque.

« Le chantier de l’usine de méthanisation devrait être engagé dès le début de l’année prochaine », précise Jean-Luc Da Lozzo, cogérant de la société. CLER-Verts a déjà signé un accord d’approvisionnement en déchets organiques avec l’enseigne Carrefour, portant sur les déchets de quatorze de ses magasins de la grande agglomération toulousaine.

» En savoir plus...
facebook
Publié le : 16/06/2011
FIRST ECO

DECHETS : CLER-Verts va Ă©tendre sa plate-forme de recyclage Ă  BĂ©lesta-en-Lauragais (31)

Initialement spécialisée dans le traitement des déchets verts à Bélesta-en-Lauragais, la société CLER-Verts s'est peu à peu intéressée à la valorisation des déchets organiques (plumes, crèmes glacées...) et de tous types de bois (souches, bois de platanes...). Elle s'apprête à porter la capacité totale de compostage à 18.700 tonnes, moyennant 9M€. "Notre site de Bélesta va voir ses infrastructures de recyclage se compléter en accueillant une plate-forme de recyclage des bois, une unité de séchage des résidus agroalimentaires, une unité de déconditionnement de déchets organiques, une unité de fabrication de compost dédiée à l'agriculture biologique et une unité de méthanisation", indique le gérant Gérard Lanta, tandis que le directeur de développement Jean-Luc Da Lozzo précise : "Ces nouvelles infrastructures vont doter Midi Pyrénées de la première plate-forme multifilière en France regroupant toutes les techniques de valorisation des déchets organiques sur un même site et ainsi répondre à l'ensemble des objectifs du Grenelle de l'environnement". (05 62 18 35 14)
-- Publié le 21/03/2011 --

» En savoir plus...
facebook
Publié le : 28/04/2011
La dépêche du Midi
Publié le 23/07/2004 09:02 | LaDepeche.fr

CLER VERTS : modernité et bon sens

Sur un site de cinq hectares, surplombant le village et dominant les coteaux du Lauragais, la Centrale Lauragaise d'Environnement et de Recyclage développe son activité de recyclage depuis deux ans. À l'entrée, près du pont-bascule de 50 tonnes contrôlant les entrées et sorties, à l'abri sous une guérite où le PC informatique supervise les événements se déroulant sur le site, Jean-Luc Dalazzo, consultant, accueille les visiteurs. En technicien spécialisé, il explique les étapes du « procès ». Facile à comprendre !

Des stocks de 300 tonnes de déchets sont déposés sur une aire pour être broyés et mélangés. Ensuite, c'est la phase de biodégradation : en quatre semaines, les déchets verts sont compostés grâce à un système de fermentation accélérée. Puis, vient la maturation pendant laquelle le produit est stabilisé et affiné. En dernier lieu, le compost est criblé, c'est-à-dire préparé en fonction de son utilisation.

Au premier aspect, tout paraît techniquement simple à réaliser. Mais en fait, la plate-forme est dotée de moyens sophistiqués : « Un automate gère et commande le système de mesure de la température et de ventilation, à côté, une lagune recueille les eaux de pluie », montre Jean-Luc. Un bio filtre traite l'air et une station météorologique enregistre les données.

» En savoir plus...
facebook
depeche1.jpg Publié le : 27/04/2011
La dépêche du midi

CLER VERTS : Une plateforme unique en france

» En savoir plus...
facebook
mains-compost.jpg Publié le : 13/04/2011
Publié le 22/11/2010 03:50 | LaDepeche.fr
Portet-sur-garonne.

Les déchets organiques collectés à carrefour.

Dès lundi Carrefour Portet-sur-Garonne en collaboration avec l'agence CLER Verts met en place une action de collecte des déchets organiques. Ils représentent 70 tonnes par an pour le seul magasin de Portet (soit l'équivalence déchet de 2 300 écoliers) et 17 tonnes de compost produit et restitué au sol. Cette opération fait suite à un audit réalisé début juin par la société CLER Verts, sur la production des déchets dans l'hypermarché de Portet. Ainsi, il a été convenu de rechercher des solutions permettant de respecter les objectifs de recyclage et de valorisation des déchets organiques. Ces objectifs sont dictés par la politique environnementale du groupe et par les nouveaux dispositifs réglementaires du Grenelle de l'environnement applicable en 2012.

» En savoir plus...
facebook



Actualité
17/06/2016
Belesta en Lauragais

Abonnez-vous dès maintenant au site Organic'Vallée !
DĂ©sormais, il vous est possible de vous abonner au site organicvallee.fr !

En vous abonnant, vous recevrez de temps à autre une Newletters sur l’actu économie circulaire et matière organique mondiale.

C'est gratuit et sans engagement ! ...
» Lire la suite

Actu
 

Europe
 
Politique environnementale
 
- CLER VERTS - "PLATA FLEZ" 31540 BELESTA EN LAURAGAIS - TĂ©l. 05 61 81 68 22 - RCS Toulouse B 445 005 747
Eco-produits et Services sur la Haute-Garonne et Midi-Pyrénées
Mentions légales - Crédits - Réalisation : © AKADOM 2011 - Espace sécurisé